Mila > L’intelligence artificielle au service de la lutte contre les changements climatiques : un nouveau rapport présenté à la COP26
11 Nov 2021

L’intelligence artificielle au service de la lutte contre les changements climatiques : un nouveau rapport présenté à la COP26

  • Deux chercheurs de Mila, l’Institut québécois d’intelligence artificielle ont contribué à la rédaction d’un rapport d’envergure proposant des recommandations sur la manière dont l’IA peut atténuer les changements climatiques.  
  • David Rolnick, membre académique principal de Mila et professeur adjoint à l’Université McGill est l’un des auteurs principaux du rapport.
  • Sasha Luccioni, chercheuse à Mila, a également contribué au rapport en se penchant sur le développement, le déploiement et la gouvernance responsable de l’IA dans le contexte des changements climatiques.

Montréal, le 11 novembre 2021Un nouveau rapport produit par le Centre for AI & Climate et Climate Change AI pour le Partenariat mondial sur l’IA (GPAI), souligne le potentiel de l’intelligence artificielle (IA) pour alimenter l’action et la stratégie climatique. Le rapport, intitulé Changement climatique et IA : Recommandations relatives à l’action gouvernementale, a été présenté cette semaine à la COP26, la Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques, à Glasgow. Dans ce rapport, corédigé par 15 éminents chercheurs en IA du monde entier, ces derniers appellent les gouvernements et les décideurs à accélérer la mise en place de solutions climatiques basées sur l’IA. 

David Rolnick, qui est également titulaire de la Chaire en IA Canada-CIFAR ainsi que le cofondateur et président de Climate Change AI, est l’un des auteurs principaux du rapport, aux côtés de Priya Donti (Carnegie Mellon University, États-Unis) et de Lynn Kaack (Hertie School, Allemagne) de Climate Change AI, ainsi que Peter Clutton-Brock (Radiance International, UK) du Centre for AI & Climate. Le professeur Rolnick est largement reconnu au sein de la communauté de l’IA pour ses travaux au carrefour de l’apprentissage automatique et de la durabilité, et a été nommé plus tôt cette année dans la catégorie ‘Pionnier’ de la liste annuelle des meilleurs Innovateurs de moins de 35 ans («Innovators Under 35») de la revue MIT Technology Review.

« L’IA peut être un outil puissant dans la mise en œuvre et l’accélération de l’action climatique, qu’il s’agisse de surveiller le stock de carbone à l’aide d’images satellites, d’optimiser le chauffage et la climatisation des bâtiments, de prévoir le rendement des cultures ou d’aider à concevoir des batteries de nouvelle génération », explique le professeur Rolnick.

La chercheuse de Mila Sasha Luccioni a également contribué au rapport comme auteure de projet, se penchant sur le développement, le déploiement et la gouvernance responsable de l’IA dans le contexte des changements climatiques. D’ailleurs, elle a codirigé le projet Ce climat n’existe pas, une expérience interactive récemment lancée qui permet aux utilisateurs de visualiser l’impact potentiel du changement climatique sur n’importe quelle adresse dans le monde.

Le rapport a été commandé par le GPAI qui réunit des experts de multiples secteurs provenant de 18 pays et de l’Union européenne afin de combler le fossé entre la théorie et la pratique de l’IA en soutenant la recherche et les applications dans ce domaine. 

Sommaire du rapport 

Les auteurs proposent 48 recommandations concrètes pour les gouvernements avec un large éventail de cas d’utilisation mis en évidence tout au long du rapport. Pour soutenir les applications de l’IA dans l’atténuation et l’adaptation au changement climatique, le rapport appelle les gouvernements à :

  • Améliorer les écosystèmes de données, en particulier dans les secteurs essentiels à la transition climatique tels que le secteur de l’énergie.
  • Accroître le soutien à la recherche, à l’innovation et au déploiement par des financements ciblés, des infrastructures et une meilleure conception des marchés.
  • Faire du changement climatique une considération centrale dans les stratégies d’IA afin de façonner le développement responsable de l’IA.
  • Soutenir une plus grande collaboration internationale et le renforcement des capacités pour faciliter le développement et la gouvernance des solutions d’IA pour le climat.

Pour lire le communiqué de presse du CAIC et CCAI (en anglais), cliquez ici
Le rapport (en anglais) est disponible ici : Changement climatique et l’IA : Recommandations relatives à l’action gouvernementale.
Pour la liste complète des auteurs du rapport et leurs affiliations, veuillez consulter la page trois du rapport.

Demandes médias:
Eric Aach
eaach@national.ca
514-569-3594

Renseignements :
Ludovic Soucisse
Chef des communications et des affaires publiques, Mila
ludovic.soucisse@mila.quebec

Communiqué.

array(1) { ["wp-wpml_current_language"]=> string(2) "fr" }