Mila > Sasha Luccioni et Charles Onu de Mila parmi les lauréats du programme « Rising Stars » 2021 du CRCS de Harvard pour leurs recherches dans le domaine de l’IA pour le bien commun
24 Mar 2021

Sasha Luccioni et Charles Onu de Mila parmi les lauréats du programme « Rising Stars » 2021 du CRCS de Harvard pour leurs recherches dans le domaine de l’IA pour le bien commun

/

Les initiatives de recherche axées sur l’IA pour le bien commun sont en plein essor, et les chercheurs et chercheuses de Mila, dont le travail porte sur ce sujet, gagnent en visibilité. Charles C Onu, doctorant de McGill, et Sasha Luccioni, chercheuse postdoctorale, ont été sélectionnés parmi les lauréats du programme « Rising Stars » 2021 du Center for Research on Computation and Society (CRCS) de Harvard pour leurs réalisations remarquables en matière d’IA pour le bien commun.

Les progrès continus relatifs à l’apprentissage automatique et à l’intelligence artificielle offrent de nouvelles possibilités pour développer des outils et des solutions innovatrices pouvant aider à résoudre certains des plus grands défis du monde actuel. À partir du 30 mars, la série de conférences du CRCS comprendra des présentations de 16 candidats et candidates au doctorat et au postdoctorat qui ont été désignés par des experts en IA pour leurs contributions à la recherche dans les domaines de la santé publique, de la conservation, de l’équité, de la technologie et de la société.

C’est lors de la première conférence que M. Onu présentera l’application mobile Ubenwa, un outil de dépistage qui permet d’identifier la détresse respiratoire chez les nouveau-nés en analysant l’amplitude et la fréquence des pleurs pour ensuite évaluer le risque d’asphyxie à la naissance. La deuxième conférence sur la conservation comprendra une intervention de la part de Mme Luccioni sur « Ce climat n’existe pas », un site web en cours de réalisation qui servira d’outil pédagogique pour sensibiliser le grand public au changement climatique d’une manière unique et interactive.

Recourir à l’IA pour détecter la détresse respiratoire chez les nouveau-nés

M. Onu, qui est titulaire d’une bourse d’études supérieures du Canada Vanier, effectue ses recherches au carrefour de l’IA, des soins de santé et du génie biomédical. Il est le fondateur et le chercheur en chef en IA à Ubenwa Health, une jeune entreprise qui a pour mission de rendre les outils de diagnostic cliniques plus largement accessibles.

J’ai grandi au Nigéria et, de tous les défis socio-économiques à relever, ce sont les lacunes dans le système de santé qui m’ont le plus marqué. J’ai perdu des proches à cause de ces insuffisances. La question a donc toujours été de savoir comment je pouvais appliquer mes connaissances en sciences et en ingénierie pour améliorer les soins de santé, et mon parcours m’a conduit à l’IA.  – Charles C Onu, étudiant au doctorat à Mila et McGill, et chercheur en chef en IA à Ubenwa Health.

L’équipe multidisciplinaire d’Ubenwa a mis au point une application mobile conviviale qui fait appel à l’IA pour analyser le son des pleurs des nouveau-nés. Cette méthode permet de détecter les signes précoces d’asphyxie périnatale, une affection qui prive le cerveau d’un bébé d’oxygène avant, pendant ou immédiatement après la naissance. Le nombre de décès attribuable à l’asphyxie périnatale s’élève à 4 millions par an dans le monde entier selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), ce qui en fait l’une des principales causes de mortalité et de handicaps permanents chez les nourrissons.

Ubenwa, dont le nom signifie « pleurs d’un bébé » en igbo, une des langues du Nigéria, pourrait jouer un rôle majeur dans l’atténuation de ce problème de santé mondial, en particulier dans les régions ou pays à ressources limitées. Cet outil non invasif permet aux cliniciens de détecter rapidement le risque d’asphyxie, de le traiter et de sauver potentiellement des millions de vies.

Par ailleurs, Ubenwa Health examine actuellement les possibilités d’identifier, grâce à son application, plusieurs autres conditions médicales qui affectent les systèmes nerveux central et autonome des nouveau-nés. « Nous avons comme objectif pour l’année 2021 de terminer nos études cliniques au Canada et au Nigéria, de lancer une version bêta de l’application et d’assurer un financement supplémentaire pour développer notre équipe et préparer les essais cliniques à venir », a ajouté M. Onu.

Imaginer les impacts réels du changement climatique, une adresse à la fois, grâce à l’IA

Mme Luccioni, lauréate de la bourse IVADO pour la recherche postdoctorale et du prix National Geographic Explorer 2020 — qui lui a valu la bourse d’innovation AI for Earth — mène un projet de recherche au carrefour de l’apprentissage automatique et du changement climatique. Son équipe travaille actuellement sur « Ce climat n’existe pas », un site web immersif centré sur l’expérience utilisateur qui peut générer des images réalistes des impacts futurs du changement climatique.

En entraînant les réseaux adverses génératifs (GANs) sur des images avant et après des phénomènes climatiques extrêmes, les GANs sont désormais capables de générer des rendus précis et vifs des conséquences des inondations, du smog et des incendies sur les lieux qui tiennent à cœur aux gens, tels que leur maison, leur quartier ou leur destination de voyage préférée.

Pour Mme Luccioni, ses filles la motivent à poursuivre ses recherches : « Je veux pouvoir border mes filles le soir et leur dire que maman fait de son mieux pour protéger leur avenir. Le changement climatique représente un énorme défi qui aura des répercussions sur de nombreux aspects de notre société actuelle et future, alors pour moi, il est vraiment important de faire ma part ».

Avec le lancement du site web prévu pour juin 2021, l’objectif principal du projet consiste à éduquer le grand public afin de les contraindre à mettre le changement climatique à l’avant-plan de leurs activités quotidiennes. Selon Mme Luccioni, la sensibilisation est la clé de voûte vers des actions collectives et individuelles qui seront dans l’intérêt de tous.

« Une fois que les gens auront saisi que le changement climatique n’est pas qu’une notion lointaine et abstraite, ils effectueront les changements nécessaires dans leur vie. En faisant appel à l’IA pour ce projet, nous espérons piquer la curiosité des gens et les inciter à agir ».


Pour plus d’informations

Veuillez consulter la page d’information du CRCS pour en savoir davantage sur la série de conférences et pour s’inscrire.

Conférences sur la santé publique et la conservation

Mardi 30 mars 2021 : Cliquez ici pour vous inscrire à la conférence sur la santé publique avec Charles Onu.

Jeudi 8 avril 2021 : Cliquez ici pour vous inscrire à la conférence sur la conservation avec Sasha Luccioni.

Tous les événements auront lieu de 12h à 13h30 (EDT).

 

array(1) { ["wp-wpml_current_language"]=> string(2) "fr" }