28 Fév 2020

Ubenwa : un pas de plus pour sauver la vie de milliers de nourrissons

Ubenwa, une jeune pousse créée en 2017 et réunissant des étudiants et professeurs de Mila, vient de franchir une étape cruciale avec la mise en œuvre d’études cliniques à l’hôpital universitaire de l’Université d’État Enugu au Nigéria et au Centre universitaire de santé McGill à Montréal. Ces études lui permettront de tester son application mobile en conditions réelles.

L’application mobile utilise l’intelligence artificielle pour analyser les cris et les pleurs des nouveau-nés afin de détecter de possibles signes de détresse respiratoire et de signaler tout risque d’asphyxie néonatale, responsable chaque année de nombreux cas de mortalité infantile et de graves handicaps, notamment dans les pays en développement.

Selon le Dr Guilherme Sant’Anna, chercheur principal de l’étude à Montréal, « l’intérêt de l’application réside dans le fait qu’elle est rapide, économique, non invasive et facile d’emploi ». En enregistrant les pleurs d’un nourrisson pendant quelques secondes, n’importe qui peut détecter un risque d’asphyxie et demander des conseils sur ce qu’il faut faire en fonction de l’endroit où il se trouve.

Au cours des derniers mois, l’équipe a mis au point une version bêta de l’application pour recueillir des données sur les pleurs afin d’entraîner l’algorithme et d’améliorer la performance de l’application. Depuis le début de janvier, l’équipe d’Ubenwa, en partenariat avec des professionnels de la santé, collecte des données tout en établissant un flux de travail clinique qui peut être adapté à différents établissements de soins.

L’entreprise prévoit recueillir 10 000 cris auprès de 2 500 jeunes patients en 2 ans. Lorsque les études cliniques seront terminées, Ubenwa disposera de la plus grande base de données de pleurs de nouveau-nés accompagnés des indications cliniques correspondant à chaque enregistrement. En se concentrant sur l’acquisition de données par les chercheurs, l’équipe souhaite confirmer la fiabilité de l’application, une étape essentielle à son adoption par la communauté médicale.

L’équipe compte Charles C. Onu et Jonathan Lebensold, deux étudiants de doctorat à Mila supervisés par Doina Precup, boursière principale du CIFAR et membre du corps professoral de Mila. Depuis 2018, l’équipe est aussi conseillée par Yoshua Bengio, directeur scientifique de Mila.

Mila s’est engagée à investir dans le développement de l’IA pour le bien commun. L’application mobile d’Ubenwa vise à sauver des vies et à améliorer le sort de millions de nouveau-nés chaque année. Les liens avec des chercheurs réputés dans le domaine clinique et en intelligence artificielle, conjugués à la mission sociale de Mila, ont rendu la collaboration entre Mila et Ubenwa très naturelle.

L’équipe d’Ubenwa a dû surmonter de nombreux défis pour lancer des études cliniques de cette envergure. Elle a dû trouver de bons partenaires cliniques, en regard de l’expertise, de l’emplacement et de la taille des hôpitaux, et les convaincre de s’associer au projet. Après avoir conçu et développé le protocole clinique en collaboration avec ses partenaires, l’équipe a demandé l’autorisation des conseils de recherche et d’éthique au Nigéria et au Canada, ouvrant ainsi la voie à de futures initiatives de Mila en soins de santé fondés sur l’IA.

En plus d’aider les chercheurs à mieux comprendre les relations entre les pleurs d’un nourrisson et des problèmes de santé potentiels, ces études cliniques soulèvent également de nouveaux défis pour les algorithmes d’IA en matière de compression des modèles, de détection de l’absence de diffusion et de fonctionnement dans des environnements marqués par une connectivité peu fiable et des appareils de faible puissance. En fin de compte, ces études serviront également de tremplin vers la construction d’outils non invasifs, répandus et peu coûteux pour dépister diverses pathologies chez les nouveau-nés.

array(1) { ["wp-wpml_current_language"]=> string(2) "fr" }

Mila passe en mode virtuel

À partir du 16 mars 2020, Mila redirige ses activités vers des plateformes virtuelles afin de minimiser la diffusion de COVID-19.

En savoir plus